Conception du patrimoine

Découvrez comment augmenter la valeur de votre patrimoine
Fiscalité

Les avantages fiscaux d’un investissement en LMP

La plupart des particuliers qui investissent dans la location de bien meublé opèrent en tant que Loueur en Meublé non professionnel ou LMNP. Or, à partir d’un certain revenu, le statut de Loueur en Meublé Professionnel (LMP) devient obligatoire. Il faut dire que cela peut présenter un certain nombre d’avantages.

A propos du statut LMP

Avant toute chose, il faut préciser que la location de biens meublés est une activité commerciale. Les revenus qui en découlent sont considérés comme des bénéfices industriels et commerciaux. Du coup, ils sont imposables. En général, le loueur peut choisir son régime d’imposition. Toutefois, lorsque le montant de ses revenus locatifs annuels excède les 33.100 €, il est devenu obligatoirement un LMP. Il doit alors s’inscrire au Registre du Commerce et des Sociétés.

L’intérêt d’avoir un statut LMP

Le statut LMP donne à l’investisseur plusieurs privilèges. Pour commencer, il a le droit de déduire un maximum de charges pour leur valeur réelle sur le revenu imposable. Parmi ces charges déductibles, il y a les dépenses d’entretien et les frais de réparation. Il peut aussi imputer l’ensemble des déficits fonciers sur son revenu global. Toujours sur la liste des avantages accessibles au Loueur en Meublé Professionnel, il y a l’exonération de l’impôt sur la Fortune et le privilège d’amortir le local et les mobiliers dans le cas où le bien immobilier figure parmi les actifs du bilan. Pour finir, l’investisseur a le droit de récupérer la TVA acquittée lors de l’achat du bien immobilier.

Un investissement rentable

A part le fait de profiter d’un grand avantage fiscal, un Loueur en Meublé Professionnel est aussi le propriétaire d’un patrimoine immobilier très attractif. Il est possible de le valoriser encore plus et de le revendre pour ensuite réaliser des plus-values. En addition à tout cela, l’investisseur ayant un statut LMP bénéficie de revenus complémentaires réguliers.